fbpx

Qu’est-ce que l’essoufflement et pourquoi se produit-il ?

Qu’est-ce que l’essoufflement et pourquoi se produit-il ?

Bien que de nombreuses personnes soient confrontées à l’essoufflement, et même si cela est très courant, beaucoup de gens ne comprennent pas ce que c’est ou pourquoi l’essoufflement se produit !

Les symptômes de l’essoufflement – qui peuvent inclure la sensation de ne pas pouvoir reprendre son souffle, comme si, quelle que soit la quantité d’air que vous inspirez, vous aviez toujours l’impression d’étouffer – peuvent être très inconfortables et rendre les activités quotidiennes difficiles.

Si vous l’avez connu ou connaissez l’essoufflement vous savez que c’est une affection qui peut causer beaucoup de stress et d’anxiété, et même déclencher des crises de panique (de peur d’étouffer)!

Mais soyez rassurés, même si les causes d’essoufflements sont nombreuses, la grande majorité de cas sont bénins et souvent un symptôme du stress.

Cet article de blog aidera à expliquer l’essoufflement et pourquoi il se produit.

Un homme lutte pour respirer par la bouche, le fond bleu est texturé, et le personnage s'en détache par une ombre, sa tête et sa bouche ouverte sont soulignées par une couleur jaune
Cette sensation de ne jamais réussir à remplir ses poumons.

La dyspnée ou essoufflement : ce que c’est

L’essoufflement, également appelé dyspnée, est la sensation de ne pas pouvoir respirer suffisamment.

Plus précisément on parle d’essoufflement lorsqu’une personne ressent une incapacité à reprendre son souffle – comme si, quelle que soit la quantité d’air qu’elle inspire, elle ne parvenait pas à remplir ses poumons.

Il faut savoir que cette sensation de manquer de souffle est souvent provoquée par une réaction psychologique.

Lorsque vous vous sentez stressé ou anxieux, votre respiration peut être restreinte et certaines parties du corps sont plus sensibles au stress, notamment le principal muscle respiratoire : le diaphragme (situé au milieu de la poitrine).

Sous l’effet du stress vos muscles respiratoires se tendent et limitent la quantité d’air que vous pouvez inspirer, ce qui rend difficile le remplissage complet de vos poumons.

La tension musculaire va empêcher une respiration libre et légère et par conséquent, on peut être amené à hyperventiler (c’est à dire à respirer plus et plus vite) en raison de la sensation d’essoufflement.

L’hyperventilation diminue en fait la quantité d’oxygène qui parvient à vos cellules, un phénomène connu sous le nom d’effet Bohr, ce qui rend la respiration difficile.

Parmi les autres causes d’essoufflement, citons l’asthme et les allergies, qui peuvent faire gonfler les voies respiratoires et diminuer la quantité d’air inspirée et expirée.

Cependant, nous pouvons également constater que ces troubles sont fréquemment liés au stress, qui aggrave ou perpétue l’impression d’avoir le souffle court.

femme asiatique, épuisé et essoufflé, debout à côté d'un tapis de course dans une salle de sport, faible lumière de la pièce lui donne l'air confiné accentuant l'idée de sa difficulté à respirer.
De nombreuses personnes essoufflées ressentent également de l’anxiété et du stress en raison de l’inconfort.

Quels sont les symptômes de l’essoufflement ?

La sensation d’essoufflement peut varier en intensité et rendre les activités quotidiennes difficiles, tant mentalement que physiquement.

  • Pour certains, il s’agit d’une sensation d’oppression gênante dans la poitrine.
  • D’autres ont l’impression de ne pas pouvoir respirer assez d’air, quelle que soit la profondeur de leur respiration.
  • L’essoufflement est souvent décrit comme une sensation de suffocation.
  • De nombreuses personnes souffrant d’essoufflement déclarent également ressentir de l’anxiété, des étourdissements et des vertiges.
  • L’essoufflement peut également s’accompagner d’une gêne au niveau de l’abdomen (qui peut être causée, entre autre, par la tension musculaire due au stress)

Si vous ressentez l’un de ces symptômes, il est essentiel de déterminer ce qui les provoque et pourquoi, afin d’éviter d’aggraver le problème et peut-être même d’atténuer votre anxiété.

Dans la grande majorité des cas, l’essoufflement est de courte durée et disparaît de lui-même.

Mais écoutez votre corps et si l’essoufflement se reproduit très régulièrement et vous handicap fortement, consultez un médecin qui pourra faire tous les examens nécessaires (car cela peut parfois être le signe d’un problème médical plus grave).

Toutefois, même si vous prenez des médicaments et suivez une thérapie, il est important de vous concentrer sur votre respiration et d’apprendre à améliorer votre façon de respirer.

Apprendre à respirer correctement est la clé d’une vie saine, c’est la base de votre fonctionnement et on se doute pas assez des mauvaises habitudes respiratoires que l’on prends au fil des années.

Une femme chinoise, les yeux fermés, en état de gêne respiratoire, sa poitrine est recouverte d'un arc-en-ciel aux couleurs sourdes pour représenter toutes les causes d'essoufflement.
Si le stress et l’anxiété sont souvent à l’origine d’avoir le souffle court, certaines conditions physiques entraîne également ce symptôme.

Quelles sont les causes courantes de l’essoufflement ?

L’essoufflement – qu’il soit dû à l’anxiété ou à une affection physique – n’est pas une sinécure.

Cependant, en connaissant ses causes potentielles, vous pouvez prendre des mesures pour atténuer vos symptômes et vous sentir à nouveau vous-même.

Notez qu’il est tout à fait normal de se sentir essoufflé pendant une activité physique, en fonction de l’intensité de l’exercice et de votre niveau de forme actuel.

Mais certaines personnes peuvent constater qu’elles sont essoufflées au repos ou même avec un tout petit effort.

un homme qui a du mal à respirer, on peut voir sa bouche, sa gorge et ses épaules, un éclair descend le long de sa gorge, provoquant une sensation de stress et de vertige, les couleurs bleues rappellent un ciel orageux
Si vous ne respirez pas correctement, cela peut entraîner du stress.

Le stress et l’essoufflement :

Les situations stressantes nous poussent souvent à prendre des respirations plus superficielles et plus rapides, ce qui peut ensuite entraîner la sensation de manquer d’air.

En effet, les hormones du stress indiquent au corps de sécréter des substances chimiques qui nous préparent à “combattre ou fuir”, ce qui entraîne une accélération du rythme cardiaque, une activation accrue du système nerveux et un signal des muscles pour qu’ils se raidissent et rendent la respiration plus difficile (le diaphragme se “bloque”).

L’inverse est également vrai, à savoir qu’il existe un lien entre l’essoufflement causé par une infection ou une autre maladie et l’apparition du stress.

Pour être plus clair : lorsque vous avez le souffle court, cela peut provoquer une sensation physique de stress.

Cela se produit parce que votre corps est conditionné pour se sentir stressé lorsque vous respirez selon le schéma respiratoire qui accompagne l’essoufflement (une respiration rapide et superficielle).

personne debout au sommet de la colline examine le sentier, l'air fatigué, elle porte un sac à dos volumineux, ce qui souligne la difficulté du voyage, la verdure contraste avec le chemin de terre
Cette affection qui donne l’impression de faire des efforts sans fin, même au repos

L’anémie et l’essoufflement:

Nous sommes généralement essoufflés parce que notre sang ne peut pas transporter suffisamment d’oxygène vers nos organes et nos cellules.

Et l’anémie est une cause potentielle de ce problème.

L’anémie est un trouble dans lequel la quantité de globules rouges normaux dans la circulation sanguine tombe en dessous de la normale.

Un nombre insuffisant de globules rouges peut entraîner des difficultés respiratoires, car ils sont utilisés pour transporter l’oxygène dans tout le corps.

Un manque de fer ou de vitamine B12, ainsi que des maladies de la moelle osseuse, peuvent tous provoquer une anémie. Des saignements externes ou internes peuvent également l’induire.

Les personnes atteintes de ce trouble ont l’impression de faire constamment des efforts alors qu’elles se reposent, car l’anémie restreint l’apport d’oxygène au corps.

Je vois invite à consulter cet article en complément : “L’anémie et la respiration, cette maladie qui donne l’impression de courir un marathon sans fin” – Un article de Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie.

Les infections et l’essoufflement:

Lorsque vous tombez malade (comme un rhume ou une grippe) il n’est pas rare de ressentir un essoufflement.

Cela est dû au fait qu’une infection peut provoquer une inflammation des voies respiratoires, rendant la respiration difficile.

En outre, lorsque vous êtes infecté, votre corps produit du mucus supplémentaire qui peut obstruer vos voies respiratoires et rendre la respiration difficile.

Si vous souffrez d’une infection, vous pouvez avoir de la fièvre, ce qui peut entraîner une augmentation de votre rythme cardiaque et induire une hyperventilation, d’où un essoufflement (le fameux effet de Bohr).

Problèmes cardiaques et l’essoufflement:

De nombreuses affections cardiaques peuvent provoquer un essoufflement.

Par exemple, l’insuffisance cardiaque est une condition dans laquelle le cœur est incapable de pomper efficacement le sang dans le corps.

Cela peut entraîner une accumulation de liquide dans les poumons, rendant la respiration difficile

Le premier symptôme discernable de l’insuffisance cardiaque est l’essoufflement : une difficulté à respirer qui est ressentie comme une simple gêne respiratoire avant d’évoluer vers un véritable essoufflement à l’effort.

Lien vers la fédération française de cardiologie – Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque ?

Je ne suis pas médecin, mais je peux vous apprendre à améliorer votre respiration grâce à des exercices réguliers. En outre, je peux vous montrer comment contrôler votre respiration afin de gérer le stress et d’en tirer de nombreux autres avantages, tels qu’une augmentation des niveaux d’énergie et une meilleure qualité de sommeil. Toutefois, si vous souffrez de problèmes cardiaques, vous devez absolument consulter un médecin !

Les maladies pulmonaires et l’essoufflement:

Les maladies pulmonaires peuvent provoquer un essoufflement occasionnel ou constant.

Les poumons sont chargés d’échanger l’oxygène et le dioxyde de carbone entre l’air et le sang, mais lorsqu’ils sont endommagés, ce processus est perturbé et la respiration devient difficile.

La BPCO

La BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) est une maladie pulmonaire chronique qui détruit les alvéoles des poumons.

Ce trouble respiratoire inhibe votre capacité à absorber l’oxygène, ce qui empêche ensuite les organes de se nourrir correctement.

Et le principal symptôme de la BPCO est l’essoufflement chronique.

La BPCO est souvent causée par une exposition à long terme à des irritants, tels que la fumée de tabac, la poussière et les émanations chimiques.

Les médecins affirment que vous ne pouvez pas récupérer votre capacité respiratoire puisque les alvéoles sont définitivement détruites, mais vous pouvez arrêter la détérioration en adoptant un mode de vie approprié.

Par expérience, je peux vous dire que si vous souffrez de cette maladie, vous voudrez apprendre à respirer correctement et à entraîner votre corps à inspirer et expirer plus lentement (j’en parle plus bas) ce qui permet d’optimiser la capture de l’oxygène par vos cellules.

Vous ne récupérerez pas vos alvéoles perdues, mais il est encore possible d’optimiser le processus de respiration et d’améliorer votre mieux être en diminuant la sensation d’essoufflement.

L’asthme

L’asthme est une affection pulmonaire de longue durée qui enflamme et rétrécit les voies respiratoires.

Cela peut rendre la respiration difficile, ainsi que provoquer de la toux, une respiration sifflante et un essoufflement.

Les crise d’asthme peuvent être induites par des facteurs environnementaux tels que les allergies, l’air froid, l’exercice ou d’autres irritants.

Une crise d’asthme peut être très pénible, mais vous pouvez prendre des mesures pour gérer votre maladie comme d’apprendre à respirer correctement durant les crises.

Pourquoi apprendre à respirer correctement ? Lorsqu’un asthmatique a une crise, il hyperventile par réaction instinctive et conditionnée, mais cela entraîne une augmentation de la suffocation (effet bohr).

Si vous souffrez d’asthme, il est crucial de s’entraîner à respirer lentement pour que cela devienne une seconde nature.

Mais attention, même si vous connaissez les bonnes techniques, si votre corps n’est pas physiquement entraîné à les exécuter, l’efficacité sera réduite ou inexistante le jour J.

Après avoir suivi mes cours de yoga de la respiration, de nombreux asthmatiques ont déclaré se sentir en meilleure santé et mieux maîtriser leur maladie grâce à l’entrainement régulier.

Les allergies et l’essoufflement:

Les allergies sont souvent provoquées par le pollen, les acariens, la fourrure animale et certains aliments.

Elles peuvent également être causées par des irritants, désormais présents dans chaque objets, meubles et peintures de nos foyers.

Nos maisons sont chargés d’allergènes et d’irritants, et il n’est pas rare que des personnes développent des allergies ou des problèmes respiratoires à la suite d’une exposition continue.

Les allergies peuvent également entraîner un essoufflement si les voies respiratoires sont obstruées.

La manifestation la plus typique et la plus constante de l’allergie respiratoire est la rhinite allergique, qui peut provoquer un gonflement de la muqueuse nasale et rendre la respiration difficile. Elle provoque également une hyperventilation par la bouche.

Le tabagisme et l’essoufflement:

Le tabagisme n’est pas seulement un facteur de risque pour la BPCO – il peut également entraîner d’autres problèmes pulmonaire, comme l’emphysème et la bronchite.

Ceux-ci causent des dommages aux poumons qui rendent la respiration difficile et induise un souffle court.

Les fumeurs sont également plus susceptibles de développer des maladies cardiaques, ce qui peut contribuer à l’essoufflement.

C’est déjà assez de respirer des polluants tous les jours à la maison et dans l’environnement, il serait bon de ne pas en rajouter : arrêtez dès que possible.

La grossesse et l’essoufflement :

La grossesse peut provoquer l’essoufflement pour plusieurs raisons.

La première est que l’essoufflement peut être causé par des modifications de votre système respiratoire, qui doit supporter les demandes en oxygène du placenta et du fœtus.

La deuxième raison est que le bébé en pleine croissance exerce une pression sur le diaphragme de la mère (le muscle principal de la respiration situé entre les poumons et l’abdomen).

Le diaphragme est poussé vers le haut à mesure que l’enfant grandit, ce qui rend la respiration difficile.

Enfin les hormones de grossesse peuvent stimuler la production de mucus et augmenter le flux sanguin vers les voies respiratoires, deux phénomènes qui peuvent entraîner un essoufflement.

Une personne court au loin sur le sable alors que le soleil se couche derrière lui, donnant une teinte orangée au ciel et à l'eau, la scène a une atmosphère cinématographique
D’après mon expérience, une combinaison d’exercices de relaxation et de respiration ainsi que de renforcement musculaire ciblé permet de réduire l’essoufflement.

Comment éviter que l’essoufflement ne survienne en premier lieu ?

Il existe de nombreuses façons d’empêcher l’essoufflement de se produire en premier lieu.

La meilleure façon de l’éviter est d’éviter les déclencheurs qui le provoquent, comme le tabac et les déclencheurs d’asthme.

Vous pouvez également faire de l’exercice régulièrement pour garder votre corps sain et fort.

Ça c’est la base !

Heureusement, il existe des moyens d’améliorer beaucoup plus votre respiration et de prévenir l’essoufflement.

J’ai découvert qu’une combinaison de yoga et d’autres exercices de respiration traditionnels fonctionne le mieux pour moi. Voici ma méthode :

Un entretien quotidien de votre souplesse articulaire et musculaire:

Tout blocage articulaire ou musculaire limitera vos mouvements respiratoires quotidiens. Il est donc crucial que votre corps soit capable de bouger sans aucune entrave. Vous n’avez pas besoin de faire beaucoup d’exercice ; 5 à 10 minutes, deux fois par jour, sont généralement suffisantes.

Des exercices de respiration pour optimiser l’utilisation de l’oxygène par vos cellules:

Travailler en hypoxie avec les exercices qui ralentissent la respiration, ainsi que les rétentions à poumons vides.

Un renforcement des zones importantes du soutien de la respiration:

Rendre sa mobilité au tronc, tonifier et assouplir les muscles abdominaux, renforcer le diaphragme et lui redonner de l’élasticité, étirer et renforcer vos muscles intercostaux.

Réapprendre aux bons muscles à bouger et aux autres à rester statiques:

Lorsque votre corps a été ignoré pendant une longue période, voici ce qui se passe… certains muscles qui devraient rester forts deviennent chétifs et trop mobiles, tandis que ceux qui devraient rester souples deviennent rigides et trop puissants. Alors votre corps ne fonctionne plus comme il a été conçu et vous vous sentez essoufflé en raison de ces déséquilibres.

En conclusion:

Bien que l’essoufflement puisse être le symptôme de maladies graves, il est plus souvent le résultat du stress et de choix de vie que nous faisons chaque jour.

Heureusement, il existe des mesures que nous pouvons prendre pour minimiser ou éviter complètement l’essoufflement.

Avoir une routine quotidienne et spécifique pour l’entretien et l’amélioration de la respiration de deux fois 5 à 10 minutes par jour peut suffire (évidemment on peut faire plus aussi!).

Si vous êtes confronté à l’essoufflement, n’hésitez pas à me contacter pour un coaching respiratoire pour débutants de 5 séances.

Ensemble, nous pouvons travailler à l’amélioration de votre respiration et vous aider à vivre une vie sans crainte de l’essoufflement.

Découvrez mon coaching de respiration pour débutant.es

Prête ou prêt à pratiquer (2 fois 5 à 10 minutes par jour) pour réduire votre essoufflement et améliorer votre respiration ? Consultez maintenant ma page de coaching pour débutants !

Vous avez aimé l’article ? Vous avez aimé mes conseils ? Vous aimeriez en apprendre plus ? Alors partagez, vous m’aiderez à publier plus 👍:

références scientifiques :

1 – Russo, Marc A et al. “The physiological effects of slow breathing in the healthy human.” Breathe (Sheffield, England) vol. 13,4 (2017): 298-309. doi:10.1183/20734735.009817 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5709795/2 – https://www.msdmanuals.com/home/hormonal-and-metabolic-disorders/acid-base-balance/acidosis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.